• Chapitre 1 - Réveil brutal

    Réveil brutal

     

    • Andrew Cooper ?!

    Sa voix qui résonna dans ma tête me réveilla en sursaut, agitant les chaines qui me tenaient pieds et poings liés. Un homme à la barbe mal rasée se tenait devant moi et visiblement il attendait une réponse, j'entrouvris la bouche pour lui donner ce qu'il voulait mais elle se referma aussitôt. Qui était Andrew Cooper ? Agacé, l'homme se précipita vers moi et me releva violemment la tête pour me souffler de son haleine putride.

    • Bienvenue en enfer !

    Il me pointa un revolver sur la tempe et, dans un souffle, appuya sur la détente. La balle ne sortit pas du canon, je l'avais figée, mais comment ??

    • il sourit. Parfait

    Puis il rangea son revolver dans sa ceinture en s'éloignant déjà, refermant la porte blanche derrière lui. Je lui hurlais de revenir, de me libérer  de m'expliquer ce qui se passait mais aucune réponse ne me parvenais. Je poussai un soupire et, d'un petit geste de la main, fis voler en éclat mes chaînes avant de me précipiter vers la porte que je tentai de déverrouiller  en vain. Espérant qu'ils entendraient je me mit à toquer de toute mes forces contre celle-ci bien qu'elle soit, comme le reste des murs, protégée par une espèce de coussin blanc surement là pour éviter aux pensionnaires de se suicider en se tapant la tête contre les murs en béton armé. J'aurais préférer le béton, le blanc me brûlait les yeux. Soudain la porte s'ouvrit dans un fracas, me bousculant de l'autre côté de la petite pièce, et un homme vêtu de noir vint m’acenser un coup de matraque derrière la nuque.

    Je rouvris les yeux et constatai avec dégoût que tout ceci n'était pas un rêve. La pièce était toujours blanche, mais plus grande avec des enceintes dans chaque coin et l'un des murs était en fait une vitre blindé. Je me relevai non sans mal en m'aidant du mur et m'approchai avec méfiance de la vitre donnant sur une autre pièce pleine d'objets de tout genre. Les enceintes se mirent à grésiller avant qu'une voix déformée par la qualité merdique du matériel retentisse.

    • Voyez-vous les objets dans la pièce d'en face ?

    • Oui. répondis-je à contre coeur au bout d'un instant.

    • Bien. Vous allez soulever tous ceux que vous pouvez.

    Je reposai mon regard sur les objets, des peluches, des armes, une table, des livres, des couverts, un lit en bois... J'allais m’exécuter quand j'eu un tilt.

    • Pourquoi je devrais faire ça ? lancé dans mon élan je poursuivis. Vous êtes qui hein ?! Et qu'est-ce que j'fou la ?? Pourquoi j'me souviens de rien ?! Laissez moi rentrer chez moi ! achevais-je en hurlant.

    Un ricanement sortit des enceintes avant de reprendre son sérieux.

    • Fais-le.

    • Non !

    La voix grogna et, quelques instants après, un type entra précipitamment dans la pièce et m’acensa sans même me toucher une décharge électrique. Je m'étalai au sol, haletant, pendant que le type sortit en ricanant. La voix enchaîna.

    • Tu veux jouer à ça avec nous ? Tu n'as aucune chance de gagner petit alors, obéis.

    Je me relevai sur les mains, les dents serrées sous la douleur et la colère tandis que j'entendis les tapotements impatient des doigts de la voix sur la table qui devait se trouver devant lui. Je m'appuyai d'une main contre la vitre et, de l'autre, claquai des doigts, faisant ainsi léviter tous les objets métalliques.. jusqu'à ce que je les envoie voler en tous sens, essayant même de tirer des coups de feu avec les divers flingues. Le type de la dernière fois m’arrêta d'un coup, m’électrocutant à nouveau. Un rire s'échappa des enceintes.

    • Merci, Cooper.

    Et on vint me bander les yeux.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :